Retour

27 décembre 2019

Les origines de la Saint-Sylvestre

Le 31 décembre, vous allez probablement fêter le réveillon pour célébrer la nouvelle année qui débute, espérant que celle-ci soit la plus heureuse possible évidemment. Que vous choisissiez de passer le réveillon dans votre famille, avec des amis ou entouré d’inconnus dans un grand restaurant, il faut savoir que la tradition de la Saint-Sylvestre est très ancienne et s’accompagne depuis très longtemps de certaines coutumes.

Une origine romaine

Si Saint-Sylvestre fait référence à un prêtre romain devenu le 33ème pape au cours du IVème siècle, la fête éponyme ne revêt aucun caractère religieux. Elle est même antérieure à la naissance du Saint puisqu’elle semble tirer ses origines des Sigillaires.

Ces fêtes romaines avaient lieu à la fin des Saturnales et étaient l’occasion de célébrer l’année qui commençait par de gros festins. L’année à venir était censée être à l’image du festin : plus il était copieux et composé de nombreux plats, plus elle serait prospère.

C’est donc depuis cette époque que l’on a pris l’habitude de faire un repas de fête le 31 décembre, Jules César ayant déjà fixé la fin de l’année à cette date.

Des traditions ancestrales qui perdurent

Le festin n’est pas la seule tradition qui est parvenue jusqu’à nous des antiques Sigillaires. On doit aussi aux Romains les klaxons qui résonnent dans toutes les grandes villes du monde quand minuit sonne. En effet, faire beaucoup de bruit était considérée comme la meilleure façon de chasser les mauvais esprits et de les tenir éloignés de son foyer. Si on ne croit plus vraiment aux esprits, force est de constater que l’on continue de fêter bruyamment le Nouvel An.

thé saint-sylvestreMoins dérangeant pour le sommeil des voisins et probablement plus agréable pour tous, s’embrasser sous le gui est également une coutume auquel on ne peut pas échapper lors de la Saint-Sylvestre. Il paraît que cela apporte bonheur, paix et sécurité et c’est le cas depuis très longtemps puisque les druides gaulois considéraient le gui comme une plante sacrée dont le nom signifiait d’ailleurs dans leur langue « guérit tout ».

Ainsi, les druides accrochaient du gui à leur porte et embrassaient leurs visiteurs dessous pour leur apporter la prospérité. Une légende raconte même que si des ennemis se croisaient en forêt sous une boule de gui, ils cessaient tout combat jusqu’au lendemain.

  Si vous n’avez pas de gui chez vous pour célébrer votre amitié, vous pourrez toujours partager avec vos proches un thé de la Saint-Sylvestre au bon goût de chocolat et de menthe, de vrais arômes réconfortants pour commencer une belle année.   

Vous avez aimé cet article ?

Partagez-le !